Le plaisir du texte - Roland Barthes (1973)

Nothing but... Arthur Guéret, conseiller en art

 "Travailler dans l'art contemporain c'est côtoyer les génies et les chefs d’œuvres de demain... C'est vivre au milieu de visions fantasmées du monde en perpétuel renouveau..."

C'est la rentrée et Arthur, ouvre le bal du secteur de l'Art Contemporain... C'est un jeune homme incroyablement charmant, vraiment adorable, un léger anachronisme de dandy décadent qui n’ôte rien au personnage que vous pouvez découvrir ici. Passionné, Arthur est amoureux. Amoureux de l'Art. Notre première fois ;), c'était en 2010 à Abu Dhabi... Nos affinités pour les artistes du Proche Orient & Asie, nous sommes devenus progressivement plus proches au gré des foires internationales de l'Art....

Arthur, déjà qui es-tu ? Bonjour , je m'appelle Arthur Guéret. Je suis conseiller en art auprès de collectionneurs et investisseurs entre la France et le Moyen Orient.

Dans la vie tu fais quoi au juste ? Explique un peu... J'ai le métier le plus difficile au monde... Il consiste à voyager dans différents pays pour acquérir des œuvres d'art pour mes clients. A trouver les nouveaux talents de l'art contemporain ou à débusquer des oeuvres Modernes rares dans les pays émergents (Moyen Orient, Asie). Bref, un métier extrêmement difficile et ennuyeux..

Nous nous sommes rencontrés pour la première fois à Abu Dhabi lors de la foire de l'Art. Je me souviens de toi arpentant la salle de stand en stand. Puis on s'est recroisé plusieurs fois.. Fiac, Art Paris,Marrakech.. Bref une belle rencontre. L'art pour toi c'est quoi ? Pourquoi ce secteur ? Travailler dans l'art contemporain c'est côtoyer les génies et les chefs d’œuvres de demain.. C'est vivre au milieu de visions fantasmées du monde en perpétuel renouveau... Je crois que cela m'est venu le jour où j'ai reçu mon premier relevé de notes trimestrielle d'école de commerce. L'appréciation de mon professeur de finance m'a définitivement convaincu que j'étais fait pour autre chose..

Fredrik Vaersley

Fredrik Vaersley

Patrice Trigano, dans Une vie pour l'Art, évoque souvent cette relation inséparable entre le galeriste & le collectionneur. Lui-même voue une passion pour l'Art Contemporain, qui l'a poussé à exercer son métier, mais collectionne aussi. J'imagine que pour toi c'est pareil ? Tu achètes pour tes clients, mais pour toi aussi, non ? Personnellement tu ambitionnes aussi une collection privée ? Bien sûr, même si, en l'occurence Mr Trigano est galeriste et donc promeut avant tout des artistes qu'il aime , je pense qu'il est impossible d'être totalement détaché de ses achats même en étant conseiller en art. Chaque achat est un mixte entre goût personnel et objectivité. Entre passion et raison... Personnellement, je commence à peine, mais ai vraiment le désir de constituer une collection d’œuvres qui me parlent.

Tes influences artistiques ça donne quoi ? Les artistes que tu aimes aussi aujourd'hui, c'est qui ? pour quelles raisons ? Je suis particulièrement attiré par le Sacré, que, personnellement, je découperai en plusieurs sous catégories : les courants minimalistes et suprématistes (le sacré objectif, de fait, théorique) d'un côté et la référence au passé de l'autre (le sacré subjectif, humain/personnel).

Effectivement, l'esthétique objectivement parfaite vient de la pureté de la forme (minimalisme/suprématisme). Si l'on ajoute de l'humain, de la subjectivité, alors, on y met du goût personnel qui pourra ne pas plaire aux autres. De l'autre côté il y a le sacré subjectif, fantasmé : celui du symbole devenu tel par son inscription dans la mémoire d'une personne. L'homme a tendance à sacraliser le passé. Ainsi, lorsque l'on expérimente une référence sensorielle au passé, l'on est directement subjugué (ex: une odeur qui nous est familière, un bruit que l'on connait, un goût qui nous rappelle quelque chose (cf: la scène finale de ratatouille le film..), une oeuvre se référant à un tableau ancien: notre sentiment est presque à chaque fois positif dans ces situations..). Le côté intemporel du Sacré m'intéresse énormément, car c'est ce qui changera pas, ne sera jamais remis en cause, c'est la vérité...

Les artistes que j'aime et qui peuvent s'y rattacher: Anish Kapoor, Mounir Fatmi, Maurizio Cattelan, Matthew Day Jackson, Kasimir Malevitch, Richard Serra, Donald Judd...

Mounir Fatmi

Mounir Fatmi

Ton regard sur le monde de l'art contemporain de ton point de vue de marchand d'art ça donne quoi ? Les tendances que tu observes éventuellement ? Le monde de l'art contemporain a beaucoup évolué, de nouveaux acteurs sont entrés en jeux depuis une dizaine d'années avec des pays émergents qui cherchent désormais à légitimer leur culture au sein d'une histoire de l'art qui, jusqu'à maintenant, était principalement Occidentale. Et cela se reflète sur les prix de ces marchés...

Jeune et déjà plein de fois le tour du monde ;) basé entre Dubai et Paris.. Pourquoi Dubai ? Nous étant croisés aux quatre coins du monde, j'imagine que tu voyages tout autant que moi... lol (NdlR : ce n'est pas faux ;)) Pourquoi Dubai ? Eh bien parce que le marché du Moyen Orient n'en est qu'à ses prémices et que déjà une formidable énergie s'en dégage... Du point de vue artistique, certains mouvements d'après Guerre ont une importance capitale dans l'histoire de l'art non seulement régionale, mais aussi mondiale. Par exemple, peu de gens le savent, mais le Modern Art Group of Baghdad - fondé en 1952 par Jewad Selim et Shakir Hassan al Said- est le 1er mouvement à avoir théorisé ce qu'est la contemporanéité dans un pays émergent. Une question qui se pose encore aujourd'hui avec l'arrivée en force de la Chine, de l'Inde et du Moyen Orient... Du point de vue marché, à ses début dans les années 80, les "vacations" de Christie's ou Sotheby's totalisaient moins de 2 Millions de US dollars. Les ventes de Dubai, après à peine plus de 5 ans d'existence et en pleine crise mondiale, tournent déjà autour de 7 Millions de USD chacune.

Li Hui

Li Hui

Donc pour toi, l'avenir c'est l'Orient & l'Asie ? L'avenir c'est l'Orient, l'Asie mais aussi l'Occident, l'Afrique et l’Amérique Latine.. Je pense qu'il n'y a pas de limite aux grandes œuvres. Ce qui est certain c'est que la Chine et le Moyen-Orient, ont pris une sérieuse avance en terme de développement de marché. Cela va aller très vite, et je ne m'étonnerai pas de voire une réévaluation des prix des maîtres modernes et après guerre Chinois et Moyen Orientaux dans les quelques années à venir.

Des moments forts vécus, des coup de coeur artistiques, des grandes émotions ? Des moments plus down peut être parfois ou pas ? Énormément de moments de grande émotion bien sûr... Dernier en date: la performance de Cai Guo Qiang au musée du Qatar, le Mathaf.Des moments down ? Pas encore spécialement, ma sait on jamais, promis je tu seras la première au courant...

Si tu avais un conseil à donner à ceux/celles qui veulent faire le même métier ça serait quoi ? J'imagine qu'étudier, avoir une vision personnelle et toujours prendre un minimum de recul par rapport au marché permet d'opter pour des choix plus sûrs...

Et à ceux qui sont des néophytes de l'Art Contemporain ? Comment aborder un univers qui peut parfois (à tord ou à raison) paraître élitiste ? Comme tout les milieux qui impressionnent, l'élitisme n'est que de facade. Une fois passé le snobisme de quelques assistants-directeurs de galeries nouveaux dans le milieux, le monde de l'art contemporain vous accueille les bras ouverts si vous lui ouvrez les bras... La simplicité paie...

Quand tu étais petit tu rêvais de quoi ? J'aimais beaucoup Dragon Ball Z... (NdlR : qui l'aurait crû ?!)

Une phrase de fin/devise/citation pour conclure ? "Je ne suis pas sur Terre pour longtemps, mais pour prendre du bon temps..."

;

September 4th, 2012 : Pierre Huyghe : "It's about the circulations of stories..."

Going out this week in Paris - 3rd to 9th Sept. 2012