Le plaisir du texte - Roland Barthes (1973)

Berlinale 2014 - American Hustle (American Bluff) de David O. Russell

David O RussellPremière berlinoise d'American Hustle hier soir au Friedrichspalast. Premier film du festival me concernant aussi. Fidèle à moi-même, n'ayant rien lu du tout sur le film, je ne savais même pas de quoi cela parlait. Ce film est un vrai moment de cinéma qui mérite sans conteste ses multiples nominations aux Oscars, Golden Globes et j'en passe. Les acteurs offrent une prestation incroyable où  la force du film repose beaucoup sur leurs jeux.

Pas de multiplication d'interlocuteurs, les duos qui se composent et se recomposent au fil de la narration fonctionnent parfaitement offrant des "couples" très décalés et parfois surprenants.

Christian Bale démontre encore une fois son talent d'acteur, où nous sommes  loin de son American Psycho, Swing Kids, The Dark Knight... il tient le film dans un "contre-rôle" où son sex appeal est mis au second plan pour ne laisser que la prestation d'acteur. Il nous fait oublier son physique, il n'est plus Christian Bale, mais ce mec au charme certain mais au physique quelque peu surprenant pour un "héros" traditionnel. Sa partenaire principale Amy Adams tient son rôle de "Glamourous Girl" de manière tout à fait juste, où le spectateur peut apprécier durant toute la narration ce côté habillé-déshabillé qui  le met à la place des gens -  dans la fiction - avec qui le duo négocie dans le film. Elle détourne l'attention. Aucune fausse note, et quelques scènes où le décalage de situation, de jeu, renforcent la comédie. L'intelligence du réalisateur de n'avoir pas remis en duo Jennifer Lawrence et Bradley Cooper pour faire un écho à Silver Lining Playbook (Happiness Therapy) a donné à ces supposés second rôles, une présence de premier plan. Jennifer Lawrence est délicieusement drôle, sexy, donnant à son rôle une partenaire de choix pour Christian Bale qui n'a décidément pas à se plaindre de ses deux compagnes féminines. Très loin de Hunger Games sorti cette année,  ou du personnage sensible et un peu sombre de Silver Lining Playbook, on la retrouve légère dans un rôle taillé sur mesure. Bradley Cooper enfin co partenaire de Christian Bale avec la jolie Amy Adams, parvient dans un jeu qui néanmoins reste sérieux tout le long à rendre son personnage drôle malgré lui. A eux quatre, ils offrent une prestation cinématographique de haut niveau pour la plus grande joie du spectateur. Pour les autres rôles, Jeremy Renner est un peu "effacé" par l'énorme prestation des autres acteurs, bien qu'il joue parfaitement aussi... Et le special happening de R. est bien sûr pour le plus grand plaisir de ses fans.

Côté image, lumière, montage, déco  rien à dire tout est parfaitement mené. Une mention spéciale pour le montage, où bien que certains peuvent peut être trouver un léger essoufflement à un moment donné de l'intrigue, je n'ai personnellement pas trouvé de perte de rythme. Une autre mention spéciale pour les costumes, maquillage, coiffure, où le style contribue très fortement à renforcer l'atmosphère du film dans un faux film de gansters. Pour conclure... j'ai toujours eu une affection très particulière pour les bandes son de Quentin Tarentino, mais le soundtrack d'American Hustle m'a personnellement enthousiasmée. On sort du film très enjoué, bluffé par ces performances  et l'envie de le revoir presqu'immédiatement pour re-savourer tous les autres détails de ce scénario très bien ficelé que nous n'aurions pas perçus lors du premier visionnage.

A voir sans tarder si vous ne l'avez pas déjà vu.

Berlinale 2014 - The Monuments Men de George Clooney

Gilles Lipovetsky "Marx avait prédit la prolétérisation des hommes, mais c'est l'esthétisation des hommes qui s'est produite"